BUSINESSMED au 3ème Forum de l’UpM sur le Dialogue Social

COMMUNIQUE DE PRESSE

3ème Forum de l’UpM sur le Dialogue Social

Bruxelles, 10-11 Octobre 2017

Les Partenaires Sociaux Euro-Méditerranéens ont organisé à Bruxelles les 10 et 11 Octobre 2017 le troisième Forum du Dialogue Social de l’Union pour la Méditerranée.

40 représentants des Organisations d’Employeurs et de Travailleurs des deux rives de la Méditerranée se sont réunis à Bruxelles pour discuter des priorités et de l’état d’avancement de la « Déclaration du Dialogue Social » (présentée à la Conférence Ministérielle de l’UpM pour l’Emploi et le Travail le mois de Septembre 2016).

Les partenaires sociaux Euromed ont convenu ce qui suit:

  1. Des partenaires sociaux (représentants des employeurs et des syndicats) de l’Union pour la Méditerranée (UpM) se sont réunis en format bi-partite à Bruxelles, les 10-11 octobre, dans le cadre du 3ème Forum du Dialogue Social de l’Union pour la Méditerranée.
  2. La rencontre visait notamment à faire le point sur la mise en œuvre de la « Déclaration sur le Dialogue Social » adoptée en septembre 2016 par BusinessMed, BusinessEurope, la Confédération Arabe des Syndicats (CAS) et la Confédération Européenne des Syndicats (CES) à l’occasion de la 3ème Conférence Ministérielle sur l’Emploi et le Travail qui s’est tenue en Jordanie (Mer Morte, 26-27 septembre 2016).
  3. Plus concrètement, les partenaires sociaux des deux rives de la Méditerranée – convaincus de la valeur ajoutée d’un dialogue social bi- et tripartite indépendant et effectif pour la démocratie, la compétitivité et le développement social – se sont d’abord penchés sur les évolutions récentes du dialogue social en Europe et dans les pays du sud, à la lumière d’un rapport introductif de l’OIT. Il en ressort que des défis importants d’ordre structurel demeurent au Nord et plus encore dans un certain nombre de pays du Sud qui connaissent des atteintes à la liberté d’association.
  4. Les partenaires sociaux ont ensuite échangé sur une série de bonnes pratiques dans les 4 domaines couverts par leur Déclaration : le travail informel ; l’emploi des jeunes ; le développement des compétences ; ainsi que la migration. Ils ont encore examiné la manière dont les partenaires sociaux sont impliqués dans la définition et la mise en œuvre de deux autres sujets clés : le suivi de la COP-21 et le travail décent dans les chaînes de valeur mondiales (« global supply chains »).
  5. En conclusion de leurs travaux, les participants euroméditerranéens ont notamment:- appelé les Ministres à, comme ils s’y sont engagés dans leur « Déclaration de la Conférence ministérielle sur l’emploi et le travail de l’UpM », « renforcer en particulier la capacité des organisations des partenaires sociaux et des organismes de dialogue social, ainsi que la culture du dialogue social, en développant des pratiques saines de dialogue aussi au niveau des entreprises et des secteurs ». Les partenaires sociaux appellent donc les autorités nationales à concrétiser cet engagement ;

    – insisté, tout en reconnaissant la diversité des situations nationales, sur la nécessité de considérer comment traduire tant la Déclaration Ministérielle que la Déclaration sur le Dialogue social en actions concrètes, de manière à répondre aux réalités et d’apporter une valeur ajoutée aux partenaires sociaux non seulement au niveau de la région « euro-méditerranéenne », mais également au niveau national dans les pays membres de l’UpM ;

– accueilli favorablement la présentation faite par la CAS et BusinessMed de l’état d’avancement du « Projet pilote pour la promotion du dialogue social dans le voisinage sud de la Méditerranée » (dit « Solid ») qui porte principalement sur la Jordanie, le Maroc et la Tunisie. Les partenaires sociaux soutiennent le principe d’un projet « Solid II » visant à renforcer les capacités des acteurs du dialogue social et à élargir le projet à d’autres pays du Sud, notamment en vue de mieux faire connaitre les bonnes pratiques nationales sur base des informations fournies par les partenaires sociaux nationaux. Ils appellent donc la Commission à examiner la possibilité de consacrer les fonds nécessaires à cet effet, tout en tenant compte des leçons tirées du présent projet Solid.

  1. Les participants ont encore convenu d’examiner plus avant – selon les procédures internes spécifiques à chaque organisation – plusieurs pistes de suivis qui ont été évoquées lors des travaux (telles que : approfondir le sujet de la migration ; examiner « l’avenir du travail » ; mettre en place un « point de contact » ; préparer le quatrième Forum du DS UpM ;..). Une liste plus précise sera dressée à l’issue des consultations internes.
  2. Enfin, les partenaires sociaux remercient la Commission européenne d’avoir organisé le 3ème Forum du Dialogue Social de l’UpM. Alertés par les difficultés que les procédures de délivrance de visas peuvent entrainer pour les déplacements de certains participants du Sud vers les pays de l’UE, et en vue de faciliter une meilleure présence de leur part dans les réunions de l’UpM, les représentants des employeurs et des travailleurs suggèrent d’adapter au cas par cas l’application du principe de la rotation entre des réunions organisées dans des pays européens, et des pays du sud de la Méditerranée, en essayant de privilégier la tenue des grands forums/de certaines réunions dans les pays du sud, dans la mesure du possible, et en tenant compte de la participation significative des partenaires sociaux du Nord. Privilégier des réunions dans les pays du Sud de la Méditerranée pourrait être envisagé afin de permettre une participation accrue des représentants du Sud, si une présence significative des partenaires sociaux du Nord n’est pas escomptée.